A cheval entre la capitale zambienne Lusaka et N’Dola c’est à 350 km, le DAF du ministère des Sports est à pied d’œuvre pour jouer son véritable rôle de financier permettant aux joueurs et à l’ensemble de l’encadrement du Syli junior de bénéficier de toutes les bonnes conditions olympiques, pour remporter la Coupe de la CAN U-20. Ce mardi matin à Lusaka Amara Dabo s’est prêté à nos questions à travers lesquelles il a apporté des précisions.

Après la qualification du Syli junior face au Mali, quelles ont été les récompenses sur place à N’Dola ?

Merci à vous de m’avoir donné cette opportunité pour m’exprimer sur ce sujet. Après la qualification de notre équipe junior face aux aiglons du Mali, la délégation guinéenne composée de 30 personnes notamment 21 joueurs et neuf encadreurs, ont bénéficié d’un montant de trois milles dollars (3.000US). Mais bien avant cela, permettez-moi de faire un petit rappel. Car après la qualification de notre équipe pour les phases finales, chaque joueur a reçu en termes de prime de qualification trois milles dollars (3.000US). Ensuite durant le stage à Johannesburg, chaque joueur du Syli junior a reçu deux mille dollars comme prime de stage. C’est là où l’équipe a eu à faire deux semaines de stages pour la mise au vert. Et comme vous le savez, après demain la Guinée fera une très grande sortie auquel tout le peuple de Guinée attend. Donc pour être dans cette dynamique d’aller en finale, hier on a fait un déplacement sur N’Dola pour rencontrer les joueurs. Et sur place, on a fait comprendre aux joueurs que cette rencontre entre la Guinée et le Sénégal va au-delà du football. Mais plutôt c’est une rencontre politique. Donc on est allé booster les enfants pour plus d’abnégation. Et si l’équipe se qualifie pour la finale ce que nous souhaitons d’ailleurs, chacun des joueurs aura cinq mille dollars (5.000US). Sans oublier aussi que l’arrêté conjoint qui a été signé prévoit même la prime de classement qui est de trois milles dollars aussi. Et si nous avons la chance de prendre la coupe, c’est à l’état de déterminer ce qu’il peut donner aux joueurs et à l’encadrement.

Parlez-nous de la particularité de votre gestion dans un pays anglophone comme la Zambie ? Une première pour vous.

Je tiens à vous dire que les choses n’ont pas été très faciles. Car on a rencontré assez de difficultés. Pour rappel avant l’arrivée de la délégation à Lusaka, moi personnellement j’ai fait un déplacement dans la capitale zambienne. Ce à quatre jours de l’arrivée de la délégation officielle. C’était pour prendre en charge tout ce qui était lié aux logistiques. Mais franchement ça n’a pas été aussi facile car vous n’avez pas les mêmes langues ni les même cultures. Mais malgré ses obstacles, on a réussi quand même à transcender beaucoup de choses. Des constats que vous-même journaliste vous pouvez confirmer ou pas. Il y a qu’à voir le cadre qui reçoit les supporters et tous les autres membres de la délégation. D’ailleurs je vous avoue aujourd’hui que tout se passe bien.

Votre dernier message Mr Amara Dabo.

Le message que je vais lancer à tout le peuple de Guinée, c’est d’être unis, de former un bloc comme un seul homme pour soutenir cette équipe. Quoi qu’on dise cette équipe a fait la surprise quand même. Car après la première sortie de la Guinée, on a fait une défaite face à la Zambie. Le second match face à l’Egypte s’est soldé par un nul (1-1). Au vu de ses deux précédemment matches, personne ne s’entendait à cette équipe en demi-finale. Mais les enfants ont su faire un grand match face au mali pour se qualifier. Donc il faudrait bien que tout le peuple de Guinée prie pour qu’on dépasse ce cap. Et j’en suis sûre le match d’ouverture s’est joué entre la Guinée et la Zambie, j’aimerai bien voir le Syli junior jouer la finale contre la Zambie inchalla.

C’était depuis Lusaka

Karifa Mara envoyé spécial

00260 97 85 99 526

Guineegoal84@gmail.com

 

Laissez un commentaire

Cet article vous a plu ? Laissez un commentaire !
Entrez votre nom ici