À moins qu’il n’y ait des changements de dernières minutes les audits à la Féguifoot connaissent un nouveau rebondissement et devront refaire surface en ce début de la semaine prochaine. En effet, Ibrahima Blasco Barry, Mohamed Morthon Soumah et Salifou Super V Camara respectivement ancien secrétaire général, ex-comptable et ancien président de notre institution footballistique sont concernés par la chose. Les deux premiers avaient déjà goûté aux délices de la maison centrale de Conakry pendant près de deux mois.

Malheureusement pour eux, si tout se passe mal, ils devraient y retourner bientôt pour leur 2è fois car leur procès sera réouvert cette semaine. Le 3è larron est en fuite, mais se trouve sous mandat d’arrêt international de l’interpool. Pour ceux qui ont la mémoire courte, ces trois anciennes personnalités de notre foot national sont accusés de détournements de biens de toute institution à une période donnée. En terme clair, sous l’ère Salifou Super V et sa bande l’argent de la FIFA, de la CAF et d’autres sponsors connexes ont été détournés et utilisés à des fins personnels. Au grand dam du sport guinéen.

Ces états de faits auront occasionnés des pertes énormes dans le développement du sport roi dans notre pays dont notamment la mise en exécution des projets goals et consorts. De tous ces crimes commis, aujourd’hui, la justice est en passe d’être rendue grâce aux audits historiques et courageux engagés par le tout nouveau président Antonio Souaré pour le bonheur de tous. Pourtant, malgré que leurs culpabilités soient établies et que les faits auxquels leurs sont reprochés sont avérés , les principaux devoreurs et “voleurs” de l’État ne se s’avouent jamais vaincus.

L’ancien président Salifou Super V l’a fait savoir par des écrits et des campagnes médiatiques de dénigrements et de désinformations. Mais, celui qui aura irrité plus d’un ces derniers jours c’est bel et bien Blasco Barry. Sans gêne, ni honte avec son sourire narquois, il aura fait le faux-bravo en jouant des spectacles dans des lieux publics, en forçant des situations pour paraître. Pensant qu’il allait conquérir les coeurs de ses détracteurs qui ne veulent plus le sentir dans le football guinéen.

Malheureusement pour lui et ses supporters, ces sorties publiques n’auront été que de courtes durées car au moment où ils croyaient avoir encore plus de liberté provisoire, pour continuer leurs agitations, leurs agissements et leurs réunions nocturnes pour déstabiliser le plan de développement du football guinéen mis en exergue par le président Antonio Souaré, c’est en ce moment que la justice guinéenne se réveille pour reouvrir le procès pour le bien de ceux là qui aiment le football guinéen. Donc, fini la récréation et la comédie, place aux choses sérieuses. L’ancien secrétaire général et cie doivent répondre de leurs actes, jugés et condamnés conformément aux lois et règlements du football mondial. En tout cas le moins que l’on puisse dire c’est que la page Blasco Barry et compagnie semble être définitivement tournée. Ceux qui en rêvent pour leur retour se trompent.

Plus de places pour eux dans ce football national. Ils auront montré leurs limites et auront surtout pillé les ressources de toute institution. Autre remarque, la nouvelle administration fédérale sous la houlette du Colonel le secrétaire général Maurice Akoï Koïvogui roule à merveille contrairement à la précédente qui était reposée sur le mensonge, le clanisme et que sais-je encore. Alors, vivement la justice guinéenne pour que vive le football guinéen!

Laissez un commentaire

Cet article vous a plu ? Laissez un commentaire !
Entrez votre nom ici