A la découverte des autres disciplines, votre quotidien vous permet désormais de caresser le rêve de graines de champions. Pour cet autre numéro, nous sommes allés à la rencontre de Nana John Soumah, élève de la 10ème au Groupe Scolaire Albert de Monaco. Elle est âgée de 15 ans et elle habite le quartier Sangoyah.

Pourquoi ton choix est tombé sur cette discipline sportive ?

En premier lieu, mon père quand il avait mon âge,  il pratiquait ce sport. En plus aussi ma maman depuis son enfance était amoureuse de la balle au panier. Voilà donc les raisons qui m’ont motivée à choisir le basketball comme mon sport de cœur.

Est-ce que tes parents te soutiennent ?

Évidemment, ils connaissent l’importance de la pratique sportive. Franchement je ne plains de rien à ce niveau car mes parents m’accompagnent physiquement et moralement.

Comment fais-tu entre l’école et le basket-ball?

Je peux dire que c’est très difficile surtout moi je suis candidate cette année au B.E.P.C.  Je reste à l’école jusqu’à 18h et quand je quitte l’école, je me dirige à l’entrainement. Mais des fois c’est très compliqué pour moi. Donc de façon générale, je profite des weekends pour m’entrainer tranquillement.

Rencontres-tu des difficultés ?

Oui surtout en venant au stade. Des fois même on marche de  l’aéroport pour venir à l’entraînement à Dixinn. On n’a pas les moyens pour acheter les bus pour nous.

Quel est ton plus grand rêve en faisant ce sport ?

C’est de jouer pour la Guinée. Etre une grande joueuse de basket-ball en Europe. Mes parents attendent beaucoup de moi car je dois les honorés.  Ils  n’ont pas eu la chance d’aller loin dans le basket-ball. Donc je dois m’appliquer tous les jours pour être meilleure.

As-tu un message pour tes amis qui abandonnent l’école au profit du sport ?

À l’entraînement, le coach nous dit toujours l’école, l’école, l’école après vient le basket-ball. Il ne s’agit pas de laisser l’école à cause du sport car les deux choses peuvent aller ensemble. Même à l’entrainement, les explications sont faites en français donc si tu n’as pas un bon niveau, tu ne vas rien comprendre. Et dans notre académie, si tu ne vas pas l’école, le coach ne t’accepte pas.  Enfin les amis, l’école c’est pour nous et non pour les parents.

1 commentaire

  1. Moi je suis particulièrement ému de l’état d’esprit de Nana J. Soumah la jeune basketteuse et de ses conseils pour ses semblables, vraiment je lui souhaite la pleine réussite dans ses projets sportif et d’étude.

Laissez un commentaire

Cet article vous a plu ? Laissez un commentaire !
Entrez votre nom ici