Après l’élimination du Syli national de Guinée des Éliminatoires de la Coupe du Monde Qatar 2022 , les critiques fusent de partout pour la fin de la récréation au sein du Syli. Une élimination qui a d’ailleurs fait couler beaucoup d’encres et de salives.  Après Abdoul Karim Bangoura AKB , Kamil Zayatte, c’est au tour de l’ancien capitaine Aboubacar Titi Camara de se prononcer sur l’épineux problème du onze national. L’ex attaquant de l’Olympique de Marseille était l’invité de parcours de nostalgie Sport de ce lundi. Décryptage!

Pourquoi vous critiquez aujourd’hui cette équipe ?

 

« Ce ne sont pas des critiques.  Ce sont des constats. Nous voulons que le Syli national s’améliore, la Fédération aussi et tous les dirigeants qui gèrent le football guinéen. La performance du Syli national,  ce n’est pas étonnant quant on voit les 4 dernières années. il faut faire le constat à travers ce qui a marcher et ce qui n’a pas marcher. Vous savez en Guinée malheureusement quand il y’a une défaite on trouve toujours  un bouc émissaire. Nous savons et vous savez qu’il y’a une crise au sein du Syli national.  Il faut oser de le dire. Le onze national n’a plus d’âme et ni engagement. D’autant plus qu’il y’a 12 millions de guinéens qui ont l’espoir sur cette équipe. Mais malheureusement à ujourd’hui il y’a un desamour total »

 

Que faire pour sauver le Football Guinéen ?

 

« Aujourd’hui si nous voulons sauver le football guinéen , il faut cette rupture là. C’est à dire choisir les hommes qui peuvent adhérer à ce projet. Là où nous sommes aujourd’hui, le discours de l’entraîneur ne passe plus. Donc on a besoin de rupture pour vite redresser la barre avant la CAN. Par ce que nous sommes à deux mois de la compétition. Au delà de mettre des structures fortes, pour moi,  la rupture est opportune pour aider le football guinéen »

 

En fin votre choix d’entraîneur pour diriger le Syli national  ?

 

« Vous savez dans le football , il n’y a pas de sentiment.  Vous n’avez pas de résultat vous pliez bagage. Aujourd’hui , nous avons des hommes qui peuvent aider que ça soit localement ou à l’étranger. Car  personne ne peut me dire si on a Pablo Thiam, qu’il ne  pourra pas aider le football guinéen. Parce que ce dernier a connu le professionnalisme, le haut niveau. En plus, il a passé des diplômes. Donc  il ne faut exclure personne.  Il faut aller vers les personnes qui peuvent aider le football guinéen. Ensuite c’est de mettre une équipe commando. Moi j’ai grillé mes cartes. Je ne cherche pas à être sélectionneur. Maintenant,  nous sommes à une phase où il nous faut des hommes qui peuvent taper sur la table. Des hommes qui ont du caractère et de la personnalité. »

 

 

 

Laissez un commentaire

Cet article vous a plu ? Laissez un commentaire !
Entrez votre nom ici